Mini-tournée en France et pur bonheur !

Ça y est ! On l'attendait avec impatience ! Même très brève, avec juste trois dates dans notre pays, la tournée Raingods With Zippos laissera sans aucun doute un souvenir impérissable dans la mémoire de toutes celles et ceux qui ont assisté à au moins l'un de ces concerts.

 

Lille Paris Ris-Orangis 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lille Le Splendid … (26 octobre 1999)

Aucun membre de l'équipe de TCF n'a malheureusement pu assister à ce concert. Aussi devons-nous nous fier aux impressions de ceux qui étaient là ce soir ! Tout d'abord rappelons que notre ami reprenait juste ce jour-là le cours de sa tournée, après une semaine de repos chez lui en Ecosse, à essayer de soigner, ce qu'il nous a confié être sa plus grave infection des poumons et de la gorge depuis ses débuts de chanteur en 1981 ! Donc vous l'aurez compris sa voix n'était pas entièrement revenue. N'empêche que, d'après les témoins, dans le contexte du concert et avec toute l'énergie déployée sur scène, le show passait quand même plutôt bien ! Fish, lui, était beaucoup moins satisfait de sa prestation, la qualifiant de 'terrible' et 'shit' ... Le meilleur restait quand même à venir ...

Quelques superbes photos de Jean-Claude Fourez :

Paris MCM Café

haut de page

















Paris MCM Café …(27 octobre 1999)
Enfin de retour à Paris (et en France) après plus de 2 ans d'absence ! Autant l'avouer, on avait eu très peur que ces concerts français soient annulés, jusqu'à la veille de sa venue en France, Fish nous confiant le vendredi précédent que si les concerts avaient eu lieu deux jours plus tôt, il aurait dû les annuler ! Il nous avait demandé de le rappeler le lundi 26 octobre dans la journée. Gros soulagement en appelant donc en fin d'après-midi, d'apprendre qu'il partait une demi-heure plus tard pour notre beau pays ! Ouf ...
C'est donc avec le plus grand des plaisirs qu'on le retrouve en début d'après-midi au bar du MCM Café. Tout de suite, il nous dit que sa voix n'est pas encore guérie. Même si l'on sent dans ses propos, une certaine amertume en ce qui concerne sa carrière de chanteur, et l'incroyable série de malchance qui a touché quasiment tous les membres de la tournée depuis trois semaines, on est heureux de constater qu'il est encore capable de s'enflammer pour des tas de projets comme l'aménagement de sa nouvelle maison (l'ancienne n'est toujours pas vendue) et surtout sa carrière cinématographique.
Grand plaisir aussi de retrouver toute l'équipe (hormis Yatta toujours malade malheureusement) et les musiciens, John, Tony, Squeeky, Steve et Liz, tous merveilleusement gentils et maintenant soudés après deux mois de tournée ensemble !
La mise en place et les répétitions avec l'équipe de télé, occupent une bonne partie de l'après-midi, de quoi donner notamment une bonne migraine à Chris l'éclairagiste de l'équipe Fish, comme il me le confiera le lendemain !

Une ou deux pintes dans le proche pub irlandais avec Fish, son pote Andy Gardiner et sa charmante épouse française, à parler de cinéma (gros débat entre Andy fan de Star Wars et Fish trouvant l'intrigue trop confuse avec trop de personnages qui manquent de profondeur) et c'est l'heure de se préparer pour le concert qui débute vers 23h-23h30. Le MCM Café s'est rempli pendant ce temps, mais j'arrive à trouver une place tout près de la minuscule scène. Quel plaisir, comme à chaque concert, de retrouver des visages connus de fidèles qui n'ont pas hésité à traverser la France pour voir Fish (hello Violaine, Roland et toute la Company !) ou de fans qui découvrent Fish pour la première fois sur scène (hello Betty et ton sympa mari, hello Thierry !), ou qui viennent quasiment de le découvrir tout court (hello Annie et Christine !) et de voir pendant ou après le concert la joie et le bonheur sur leur visage !
Revenons au concert : les premières notes de Faith Healer résonnent et déjà on est estomaqué par la puissance du groupe (même si le son aurait pu être meilleur), notamment John Wesley que l'on ne connaissait live qu'en acoustique ! Fish arrive et la salle explose instantanément. Même si la grande voix n'est pas vraiment au rendez-vous, Fish dégage une énergie comme jamais ! La différence entre le Fish de la journée -qui semblait fatigué, voire fragile- et celui qui est maintenant sur scène est spectaculaire et vous donne des frissons. L'imposition des mains sur la tête des spectateurs du premier rang, après tout quoi de plus normal avec ce morceau (faith healer = guérisseur) ?  Dès lors, on sait que le concert sera magique et la soirée inoubliable !

On ne s'endort pas, et c'est l'enchaînement avec Lucky, puis un duo de toute beauté avec la radieuse Elizabeth ! La set-list, même légèrement abrégée ce soir, est efficace et c'est au tour de Brother 52, et du message de Doc (encore plus émouvant à présent) de venir secouer la salle qui ne demande pas mieux ! Un Tumbledown d'excellente facture suit et si l'on avait des doutes sur la capacité de Tony à tenir les claviers après un magicien comme Mickey Simmonds, il suffit de le voir sur scène pour comprendre que c'est un claviériste hors-pair !


A ce moment-là, Fish installe un pupitre et un chandelier sur l'avant de la scène et son roadie, serviette sur le bras, vient apporter un verre et une bouteille de vin. Sur un air de tcha-tcha-tcha joué par Tony, les deux hommes improvisent un ballet quasiment robotique, le roadie emplissant le verre de Fish et repartant toujours sur le même rythme ! Fish commence alors à nous raconter une histoire délirante et hilarante, comme lui seul en a le secret (rappelez-vous l'histoire des badgers-blaireaux lors de la tournée Sunsets !). Il nous raconte qu'un jour, en tournée dans je ne sais plus quel pays, ils étaient dans le bus sur une route de montagne, et ayant bu trop de vodka, il commence à voir les autres passagers se transformer en animaux, en hamsters plus exactement ! Il nous demande le plus sérieusement du monde si on a déjà pris un bus conduit par un hamster ! C'est très dangereux, nous assure-t-il, parce qu'il a de toutes petites jambes et ne peut pas atteindre les freins, et il a de tout petits bras et ne peut donc pas atteindre le volant non plus ! Hilarité générale de la salle garantie !!! Enfin ce qui devait arriver arrive, le hamster perd le contrôle du bus qui tourne, tourne sur la route de montagne et se retrouve coincé en équilibre entre la falaise et le vide ! Comment se sortir de cette situation périlleuse où le moindre poids du mauvais côté peut faire basculer le bus dans le vide? Fish nous confie qu'il a alors une idée de génie, celle d'écrire une lourde chanson (heavy song) pour contrebalancer le poids de la vodka ... Plague of Ghosts !


On savait que ce long morceau était son chef-d'oeuvre absolu sur scène, on pensait bien que sur scène ce serait un killer, mais le voir et l'entendre réellement, et surtout le voir joué par Fish ! En 14 ans de concerts, je crois que je n'ai jamais ressenti quelque chose d'aussi fort et pourtant !!!  Impossible de décrire tout ce que fait Fish, toutes les émotions qu'il transmet, le choc au coeur qu'il nous a donné à un certain moment ! Il vous faudra attendre la diffusion de ce concert par MCM d'ici la fin de l'année certainement (on vous tiendra au courant bien sûr !) pour vous faire une idée. Mais évidemment cela ne pourra jamais remplacer la véritable magie de ce morceau en public, avec un Fish qui donne absolument tout, qui met littéralement ses tripes sur la scène. A n'en pas douter il est déjà véritablement entré dans sa phase acteur, il n'y a qu'à le voir souffrir et pleurer des vraies larmes sur scène pour en être convaincu. Il m'a confié après le concert qu'il s'entraîne ainsi tous les soirs, apprenant sur scène son nouveau métier. En voyant le résultat, on ne peut qu'être persuadé qu'avec des offres de rôles intéressants pour de bons scénarios (il a d'ailleurs lui-même certaines idées !), ce sera une révélation et que sa troisième carrière pourra enfin lui apporter le succès, comme le lui avait prédit un diseur de bonne aventure iranien en 1981 !
Retour sur scène, lors du final Wake Up Call, Fish présente tous les musiciens qui sortent un à un, le laissant seul. Il fait signe au public qui chante ce refrain d'espoir depuis déjà un moment de continuer, et sort à son tour. La salle entière continue de scander de tous ses poumons 'We can make it happen' et quelques minutes plus tard alors que le choeur n'a pas faibli, toute l'équipe réapparaît sur scène, marchant au rythme de la chanson. Le groupe reprend les rênes et conclut sur un final accéléré. Incroyable ! Les mots manquent, les voix sont aphones dans la salle, partout on voit des yeux brillant de bonheur ! Je jette un coup d'oeil à ma voisine dont c'est le premier concert : oui Béatrice, c'est du vrai bonheur !

Et ce n'est pas encore fini puisque nous avons droit au sublime Cliché, avec un John Wesley qui arrive à surpasser le maître Frank Usher en émotion (et ce n'est pas peu dire !). Y est enchaîné le puissant mais écourté Perception of Johnny Punter ! Ce sera tout pour ce soir, une heure et quart seulement mais quelle intensité ! Le plus triste était d'entendre Fish dire 'Goodbye forever !' . Le lendemain, à Ris-Orangis, il s'apercevra, lorsque je lui en parle, qu'il a oublié de faire ses adieux à la France puisque c'était la dernière date, mais il ajoutera qu'il reviendra bien un jour faire un concert à Paris !

Pour quelques veinards, dont une partie de l'équipe de TCF, le rêve continue, puisque nous nous retrouvons à nouveau dans le pub irlandais, avec Fish et une partie du groupe et de l'équipe, notre ami Merlin, Andy et sa femme, Gilles et le fan-club du Paris St Germain et quelques fans et amis. En principe, le pub ferme à 2 heures, mais vu l'ambiance qui y règne aussi bien du côté Fish et amis que du côté consommateurs, tous britanniques et joueurs de billards, les barmen acceptent de nous laisser rester encore un peu ! Et c'est un Fish barman et disk-jockey qui assure l'ambiance ! Cela lui permet d'oublier que sa famille lui manque cruellement et sa déception de voir sa carrière de chanteur si peu reconnue, malgré tout ce qu'il lui a sacrifié. Ce n'est qu'au petit matin, qu'il regagnera le bus qui partira bientôt pour Ris-Orangis ...
plus de photos


Ris Orangis Le Plan

haut de page

















Ris-Orangis Le Plan … (28 octobre 1999)
C'est un Fish apparemment très fatigué qui émerge du sommeil et du bus vers trois heures de l'après-midi. On est un peu inquiet pour la prestation du soir, mais encore une fois, dès qu'il sera sur scène, il retrouvera une quantité d'énergie inimaginable qu'il communiquera à la salle. Que dire de plus par rapport au concert de la veille ? Cette fois, au contraire du MCM Café qui était gratuit, le concert est payant -même s'il est peu cher, 110 F ce n'est pas cher du tout sur le marché actuel. Autant encourager ceux qui cassent un peu les prix !-, et Ris-Orangis est situé assez loin en banlieue sud. Malgré ce handicap, ajouté au fait que certaines personnes se sont contentées de le voir la veille au soir, Fish remplira la salle ! Question son, celui-ci était de meilleure qualité, et, question ambiance, l'osmose avec le public a été totale comme la veille. 

John Wesley a ouvert le bal, en offrant une demi-heure de set acoustique. C'est toujours aussi impressionnant de voir qu'un type seul avec sa guitare acoustique peut gagner le respect d'un public aussi 'fanatique' que celui de Marillion ou à présent de Fish ! Tant mieux, il le mérite grandement, et sa prestation en impressionna plus d'un qui ne connaissait parfois que l'un de ces albums !

Ensuite c'est au tour de toute l'équipe d'occuper la scène. Et Fish ? Eh bien, pas de trace de lui, mais qui est ce vieil homme voûté, à l'épaisse chevelure crépue, une longue blouse grise et qui marche très difficilement soutenu par Liz et le roadie ? Un vieux rebouteux ? Non, c'est le Faith Healer en personne, un Fish jovial qui enlève perruque et blouse, satisfait du bon tour qu'il vient de nous jouer ! Et la fête commence !

Cette fois, Fish -le guérisseur- saute la petite barrière qui sépare la scène des spectateurs pour s'engouffrer au milieu d'eux, se fondre dans la foule, donnant à chacun, telle une bénédiction, ce bref et puissant contact humain ! Le concert va être une nouvelle fois fantastique !

Ce soir la set-list est un peu plus conséquente et encore plus convaincante :
- Faith Healer
- Lucky
- Just Good Friends
- Brother 52
- Clutching medley
- Tumbledown
- Plague of Ghosts
1er rappel :
- Cliché/The Perception of Johnny Punter
2ème rappel :
-The Company

Le medley Clutching (Hotel Hobbies/Warm Wet Circles/That Time of the Night) nous ramène au meilleur sans doute du vieux Marillion, avec un groupe uni qui n'a absolument aucun complexe à avoir quant à l'interprétation de ce titre, digne de ses créateurs ! Dieu que ces types ont du talent ! Amusant de penser d'ailleurs que Tony Turrell et John Wesley sont d'authentiques anciens fans de cette époque !

La soirée fut émaillée d'un tas de blague dont un nouveau jeu, le "Beer Hunter" (dérivé de la roulette russe du film 'Deerhunter', 'Voyage au bout de l'enfer'). Fish nous demande quel est le titre français de ce film et on lui répond que c'est 'Voyage au bout de l'enfer'. Fis éclate de rire et nous dit 'Pourquoi ne l'appelez-vous pas ce putain de 'deer hunter' ? Alors en français , cela ferait 'Voyage au bout de la bière' ?'
Il fait monter sur scène, deux membres de TCF et de The Company Scotland, qui ont participé l'été dernier à la rencontre de foot de la Convention d'Haddington, avec notre Bruno préféré ! J'ai nommé Roland de Mulhouse et Joël des Vosges ! Les deux gaillards ne maîtrisent pas vraiment la langue de Shakespeare et les quiproquos entre eux et Fish donneront encore plus de fun à l'événement !!! Revenons au jeu, inspiré de la roulette russe du 'Voyage au bout de l'enfer', le principe est que chaque participant doit ouvrir une boîte de bière tout près de sa figure, en sachant qu'au milieu des bières il s'en trouve une qui a été furieusement secouée ! Tout le groupe, hormis Liz, participe, rejoint également par l'infatigable roadie et Ritchie le cuisinier de la tournée ! Et l'un après l'autre chacun choisit une bière dans une glacière, et l'ouvre ... Suspens ... Roland et Joël passent l'épreuve sans dommage, ainsi que le reste du groupe. Ne reste qu'une bière et ... Fish ! Bien entendu, celui-ci vient se mettre en position au-devant de la scène, c'est-à-dire au-dessus des premiers rangs, avant de l'ouvrir. Et bien entendu, la mousse s'échappe violemment en nous aspergeant. 

Tout le monde rit, la bonne humeur est totale. Autre moment fort quand, pendant l'introduction de 'Plague of Ghosts', les musiciens quittent la scène l'un après l'autre, l'air dégoûté, abandonnant Fish à son triste sort, puis se regroupent tous les 4 devant la scène pour l'écouter avant de regagner leur place un peu plus tard sous les sarcasmes de Fish :'Alors vous avez besoin d'argent quand même ?'


Une nouvelle fois, Plague of Ghosts est bouleversant, d'une intensité à peine supportable ! L'émotion pure!

Ce soir, nous avons droit à un second rappel, qui ne pouvait être autre que The Company, chanson à boire comme nous le rappelle Fish, mais qui symbolise surtout son amour des gens, et la fantastique confraternité qu'il a créée entre tous ses fans. Quel dommage, que ce morceau n'ait pas été joué la veille, au MCM Café, car je ne me lasserais pas de voir et revoir Fish et la gracieuse Liz danser une gigue écossaise comme ils le font ce soir, avant que notre Poisson demande au public de danser sur lui-même à son tour !
Le concert est achevé, pour notre part nous avons vécu deux jours de bonheur complet. Ce fut bref mais vraiment intense. Encore une petite visite aux loges, avec un Fish fatigué mais visiblement heureux. Ensuite, devant tenir le rôle de Yatta en même temps que le sien, il sera obligé de régler certains détails avec la direction du Plan, retardant ainsi sa sortie traditionnelle pour rencontrer les fans. Il est maintenant 2 heures et le restaurant est malheureusement fermé. Il ne nous reste plus qu'à faire nos adieux aux amis, à l'équipe et bien sûr à Fish qui nous a encore donné la preuve de son immense talent et de son incroyable générosité. See you next time Fish, mais là cela va être vraiment long !!! Heureusement, dans quelques semaines, nous aurons, espérons-le, la diffusion du concert du MCM Café pour nous consoler un peu et revivre ces moments exceptionnels. 

Encore merci du fond du coeur Fish !

plus de photos

haut de page

photos : TCF et JC Fourez

Retour à la Page News